• Section de Jarny

    jarny-54jarny-2jarny-1

  • Section de Longwy

    longwy-54Informations à venir

  • Section de Vézelise

    vezeliseInformation à venir

  • Un essaim ?

    Un essaim s’est installé chez vous. Que faire ?Un essaim

    Essaim ou colonie installée ?

    1 – L’essaim s’est posé en votre présence ou depuis moins d’une journée

    2 – l’essaim s’est posé depuis plusieurs jours et a construit des rayons de cire

    Dans le premier cas, la plupart du temps, il ne manifeste aucune agressivité, par précaution
    tenez vous en éloigné de cinq mètres et évitez de vous trouver dans la trajectoire de vol des abeilles.

    Dans le second cas, soyez plus prudent, une colonie d’abeilles installée a un comportement défensif
    plus marqué.

    Qui appeler ? Un apiculteur si vous en connaissez un, les pompiers ou une société spécialisée.
    Les pompiers ne se déplaceront que si l’essaim est supposé représenter un danger collectif donc sur un  lieu public,
    par contre, ils peuvent vous communiquer les coordonnées d’apiculteurs qui se sont déclarés.

    Combien cela coutera-t’il ?
    Les sociétés spécialisées et les apiculteurs professionnels vivent de leur activité, il est logique et juste
    qu’ils facturent leurs services. Un minimum de 80 à  100 Euros est à  envisager.

    Un apiculteur amateur ou apiculteur non-professionel peut vous l’enlever gratuitement, il peut également
    vous demander un dédommagement ou une rétribution  (s’il est immatriculé au registre des entreprises),
    ou bien refuser de vous aider – pourquoi ?

    • La saison de l’essaimage correspond  à  la période de travail maximale de l’apiculteur, autrement dit,  il peut avoir beaucoup d’autres choses à  faire à  son rucher.
    • Il peut s’agir d’un nid de guêpes et non pas d’abeilles, son déplacement lui côte et ne lui apporte aucune compensation.
    • La récupération de l’essaim peut s’avérer difficile et sans bénéfice pour l’apiculteur (cheminée, endroit très difficile  d’accès…), voir ci dessus.
    • L’intervention peut être dangereuse (travail en hauteur sans équipement adéquat). A ce propos, n’exigez pas de l’apiculteur  qu’il risque sa vie.
    • En fin de saison d’essaimage, l’apiculteur n’a peut-être tout simplement plus de ruche pour accueillir un nouvel essaim.

    Dans tous les cas, avant l’intervention, assurez vous de  sa gratuité ou de son prix éventuel.
    Ce service est la plupart du temps gratuit, pensez alors à  remercier l’intervenant en lui achetant un pot de miel.

    Si vous pouvez assister à  la récupération de l’essaim (en sécurité), profitez des explications de l’apiculteur,
    cela vous donnera peut-être l’envie d’être des nôtres, pour ma part c’est ce qui m’est arrivé (Le rédacteur).

    L’Abeille Lorraine vous propose un service « essaims », en mettant sur ce site les coordonnées des apiculteurs qui se sont proposés.

     

  • Liens

    Nous surfons régulièrement sur le Web. Dés que nous rencontrons un site intéressant, nous le répertorions pour vous.

    Vous pouvez nous faire remonter des liens et je vous invite à  utiliser le lien « Nous contacter« . Les liens seront mis en ligne s’ils correspondent à  l’étique du site et si le sujet reste l’apiculture.

  • Recherche ou offre emplacement

    Vous êtes apiculteur, vous voulez le devenir et vous cherchez un emplacement pour installer des ruches. Nous recueillons des propositions de particuliers acquis à  la cause de l’environnement ou souhaitant assurer la pollinisation de leur verger qui offrent de  mettre à  disposition d’apiculteurs un emplacement dans leur propriété.

    Vous n’êtes pas apiculteur et vous  disposez d’un terrain, d’un verger  et vous souhaitez y héberger une ou plusieurs ruches. Vous ne vous trompez pas car pour polliniser efficacement un verger, il vaut mieux disposer de ruches à  moins de 700 mètres. Nous relaierons votre demande auprès de nos adhérents via ce site.

    N’oubliez pas de consulter les articles de notre rubrique « L’emplacement » pour vous assurer de la faisabilité de votre projet. Pensez aussi à  bien formaliser votre accord, à  respecter la législation et n’oubliez pas l’assurance coté apiculteur.

     

    Actuellement :

    Emplacement(s) proposé(s) :

    Un emplacement à  Cerville.

    Un emplacement à  Minroville.

    Un emplacement à  Dommartemont (proximité aérodrome).

     

    Apiculteur(s) à  la recherche d’emplacement(s) :

    Un apiculteur souhaitant s’installer à  l’ouest de Nancy (Maron – Villey le sec – etc.).

    Un apiculteur souhaitant implanter un rucher au sude de nancy (Ludres, Fléville, Messein, Mereville ou à  proximité.

    Un apiculteur souhaitant créer un rucher à  Malzéville.

     

    Contactez nous via notre formulaire.

     

     

     

     

     

     

  • Que faire l’été ?

    L’été est arrivé – enfin, à  nous le farniente pensez vous ? Pas tout à  fait!

    Dès le printemps, nous avons commencé à  préparer la saison prochaine :

    – Constitution de jeunes populations

    – Elevages de reines

     

    Mais pour autant, la littérature apicole fait commencer la saison en fin d’été avec la préparation de l’hivernage :

    – Evaluation des colonies et de leurs besoins.

    – Contrôle de la présence de la reine, de l’aspect et de la quantité du couvain.

    – Rassemblement des colonies trop faibles pour passer l’hiver

    – Nourrissement pour compléter les provisions hivernales  (objectif 12 à  15 Kg de nourriture dans la ruche)

    – Et d’autres petites choses :

    Vérifier l’état de vos ruches, l’étanchéité du toit. la lègère inclinaison de la ruche (planchers non grillagés).

    Lors d’une visite d’été pensez à  placer en rive les cadres les plus noircis que vous remplacerez au   printemps (attention la colonie doit être encore assez forte pour mener le couvain qui y reste à  éclosion).

     

    Encore quelques conseils :

    Attention à  la famine, cela arrive : La récolte a souvent été écourtée par le mauvais temps.

    une visite de contrôle ne coute pas grand chose, vérifiez toutes vos ruches, pas une n’est pareille.

     

    Si vous devez nourrir, surtout en plein été, retrecissez au maximum les entrées de vol des petites colonies.

  • Cueilleurs d’essaims

    Un essaim s’est posé dans votre jardin, ou ailleurs …
    Nous vous soumettons une liste d’apiculteurs qui se sont proposés d’enlever ces visiteurs indésirables.
    Cette liste sera complétée au fur et à  mesure des propositions de nos adhérents.
    N’oubliez pas de consulter l’article concernant l’attitude à  tenir vis à  vis d’un essaim et les éventuelles conditions de récupération.

     

    Sud Est – Lunévillois :

    St-Nicolas – Dombasle – Environs :

    Joel GASSER : St-Nicolas – Dombasle – Environs – Tél : 06 82 22 79 12
    Etienne REMY : Varangeville  Tél : 06 86 06 42 60

    Nancy – Environs :

    Olivier BABEL : St Max – Essey – ST Nicolas – Dombasle – Tél 06 81 07 92 68
    Jean-Franà§ois BRENET : Ludres et environs – Tél : 06 14 03 50 51
    Bernard GOSSET : secteur Ludres, Neuves Maisons, Ceintrey, Vézelise – Tél : 06 52 85 07 89
    Dominique MARCHAL : Nancy et environs : Tél : 06 74 39 68 74
    Matthieu MOCKELS : Nancy est, Cerville, Champenoux, Seichamps, Essey les Nancy, Pulnoy – Tél : 06 26 48 23 56
    Pascal PETIT : Saulxures et environs – Tél : 07 80 05 67 39
    Jean-Franà§ois RAFT : Grand Nancy – Tél : 06 72 31 28 11
    Alain ROMBAUT : Villers les Nancy , Maron, Vandoeuvre, Sexey, Chaligny, Pulligny – Tel : 06 85 05 44 64
    Gilbert THIEBAUT : Grand Nancy – Tél : 06 16 17 00 19
    Jean Marc THUOT : Heillecourt et environs (10 km) – Tél : 06 08 31 23 01

    Jarny – Briey Environs :

    Audun le Roman :

    Jean-Franà§ois RODZIK : Tucquegnieux, Trieux, Audun Le Roman, Bouligny. – Tél :06 85 79 98 74

    Bayon – Haroué  – Environs : 

    James BAUDOIN : Ceintrey – Tél : 06 99 32 78 42
    Aurélien CHARROIS : Bayon – Tél 06 48 64 55 48
    Sébastien RASPADO :  Flavigny, Crantenoy, Vezelise, Haroué, Diarville, Bayon – Tél : 06 86 74 71 24

    Vezelise  – Environs :

    Cirey – Environs :

    Patrice MITON : Cirey sur Vezouze – Tél : 03 83 42 69 07
    Fabrice POIRETTE : Cirey sur Vezouze – Tél : 06 32 23 04 99

    Toul – Environs :

    Laurent AGENOR : Tél : 06 64 36 62 27

    MOSELLE :

    Metz – Environs :

    Romain CORBIER : Borny – Tél : 06 17 14 58 92 

    Sarrebourg :

    Joel TRIBOUT : Secteur Sarrebourg – Phalsbourg – Tél : 06 81 72 90 53 

    Vosges  :

    Flavien VALROFF : Gerardmer – Tél  06 84 21 14 62

     

  • Un essaim ?

    Un essaim s’est installé chez vous. Que faire ?

    Essaim ou colonie installée ?

    1 – L’essaim s’est posé en votre présence ou depuis moins d’une journée

    2 – l’essaim s’est posé depuis plusieurs jours et a construit des rayons de cire

    Dans le premier cas, la plupart du temps, il ne manifeste aucune agressivité, par précaution
    tenez vous en éloigné de cinq mètres et évitez de vous trouver dans la trajectoire de vol des abeilles.

    Dans le second cas, soyez plus prudent, une colonie d’abeilles installée a un comportement défensif
    plus marqué.

    Qui appeler ? Un apiculteur si vous en connaissez un, les pompiers ou une société spécialisée.
    Les pompiers ne se déplaceront que si l’essaim est supposé représenter un danger collectif donc sur un  lieu public,
    par contre, ils peuvent vous communiquer les coordonnées d’apiculteurs qui se sont déclarés.

    Combien cela coutera-t’il ?
    Les sociétés spécialisées et les apiculteurs professionnels vivent de leur activité, il est logique et juste
    qu’ils facturent leurs services. Un minimum de 80 à  100 Euros est à  envisager.

    Un apiculteur amateur ou apiculteur non-professionel peut vous l’enlever gratuitement, il peut également
    vous demander un dédommagement ou une rétribution  (s’il est immatriculé au registre des entreprises),
    ou bien refuser de vous aider – pourquoi ?

    • La saison de l’essaimage correspond  à  la période de travail maximale de l’apiculteur, autrement dit,  il peut avoir beaucoup d’autres choses à  faire à  son rucher.
    • Il peut s’agir d’un nid de guêpes et non pas d’abeilles, son déplacement lui coûte et ne lui apporte aucune compensation.
    • La récupération de l’essaim peut s’avérer difficile et sans bénéfice pour l’apiculteur (cheminée, endroit très difficile  d’accès…), voir ci dessus.
    • L’intervention peut être dangereuse (travail en hauteur sans équipement adéquat). A ce propos, n’exigez pas de l’apiculteur  qu’il risque sa vie.
    • En fin de saison d’essaimage, l’apiculteur n’a peut-être tout simplement plus de ruche pour accueillir un nouvel essaim.

    Dans tous les cas, avant l’intervention, assurez vous de  sa gratuité ou de son prix éventuel.
    Ce service est la plupart du temps gratuit, pensez alors à  remercier l’intervenant en lui achetant un pot de miel.

    Si vous pouvez assister à  la récupération de l’essaim (en sécurité), profitez des explications de l’apiculteur,
    cela vous donnera peut-être l’envie d’être des nôtres, pour ma part c’est ce qui m’est arrivé (Le rédacteur).

    L’Abeille Lorraine vous propose un service « essaims », en mettant sur ce site les coordonnées des apiculteurs qui se sont proposés.

     

  • Aspects pratiques

    L’apiculteur doit veiller à  ce que son rucher soit accessible et pratique :

    La question ne se pose pas pour celui qui installe ses ruches dans son jardin, par contre, dans le cas d’un rucher isolé, il importe de pouvoir rapprocher un véhicule : Les hausses (magasins à  miel) sont , et c’est tout ce qu’on vous souhaite, lourdes et difficiles à  porter.

    L’utilisation d’une brouette est bien sûr possible, à  condition que le véhicule le permette.

    Pour les mêmes raisons, le terrain ne doit pas être trop accidenté.

    Les ruches doivent être éloignées si possible d’au moins un mà¨tre .

    Enfin, les ruches doivent être surélevées pour épargner votre dos.